Cure de jouvence pour notre crucifix.

Publié le par Bruno

Cure de jouvence pour notre crucifix.
Cure de jouvence pour notre crucifix.

Il en avait grandement besoin, c'est fait. Monsieur Nicolas SERET (ébéniste, sculpteur et restaurateur) de Hargicourt s'en est chargé. Après un sablage de la croix, les fissures dans le bois ont été rebouchées avant l’application d'une lasure spécifique. La statue en fonte du Christ a aussi été nettoyée et repeinte. Le résultat est vraiment remarquable pour le peu que vous y jetiez un coup d’œil en passant.

Attention, croisement dangereux, même si le Christ veille...

Souvent dressé à un carrefour, il y en a un peu partout dans nos campagnes. Au-delà du symbole religieux, le calvaire, comme son nom l'indique, est une représentation de la Passion du Christ. Dans les campagnes, le calvaire délimite un territoire ou commémore un événement pour sacraliser un espace. Aujourd'hui ces calvaires qui parsèment les routes ont tous une particularité, une grande richesse esthétique et font partie des richesses du patrimoine local. Le calvaire rappelle un évènement pour la paroisse, comme une mission, un temps spécial de prière, un lieu de rassemblement... Il peut aussi rappeler à tous un accident qui a eu lieu ou signaler une tombe comme c'est le cas dans les cimetières.

- Dans les champs, il rappelle la prière. En travaillant dans les champs, chacun pouvait, en voyant un calvaire, penser au Christ, mort pour sauver tous les hommes, et donc prier. C'est une manière de confier au Seigneur le travail des champs et la future récolte.

- Il joue aussi le rôle de poteau indicateur, et signale, surtout dans les endroits plats, que l'on s'approche d'un carrefour. Il invite alors à la prudence quant au choix de la route à prendre. Il a aussi un sens plus profond qui est de rappeler que nous pouvons prendre au cours de notre vie beaucoup de routes. C'est comme s'il nous interrogeait et nous demandait :

"Quelle route veux-tu prendre pour ton bonheur ? ..."

Publié dans Le village

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article