Un Remaucourtois et son épouse, à l'honneur ce week-end dans la presse locale.

Publié le par Bruno

Remaucourt : l’extraordinaire parcours sportif d’Émile Warlaumont

Publié le 21/08/2016 par L'Aisne Nouvelle

(Photo journal Aisne Nouvelle) Emile et sa femme vivent parmi leurs trophées souvenirs de leurs exploits au cours de leur vie sportive.

(Photo journal Aisne Nouvelle) Emile et sa femme vivent parmi leurs trophées souvenirs de leurs exploits au cours de leur vie sportive.

Émile Warlaumont a commencé ses premiers marathons avec Alain Mimoun, son père spirituel. Émile a connu de grand moment de gloire et côtoyé les plus grands coureurs de l’époque, Alain Mimoun bien sûr qui l’avait pris sous sa protection, mais aussi Michel Jazy et Guy Texereau.

Pourtant, Émile Warlaumont n’était pas destiné à un tel itinéraire sportif : pupille de l’État, il a passé sa jeunesse dans des familles d’accueil. Mais ses bons résultats sur les pistes lui ont permis d’acquérir une certaine notoriété qui l’a conduit par exemple à côtoyer le couple Chirac, notamment lors du marathon de Paris de 1979. Ce jour-là, Émile est invité à la table des Chirac. Ils se sont ensuite rencontrés plusieurs fois : Madame Chirac a ainsi rendu visite aux Warlaumont après la naissance de leur fille, Béatrice.

Militant féministe

Adolescent, Émile Warlaumont a appris le métier d’ébéniste et a exercé ce métier. Son service militaire le conduit en Algérie en 1962 où, déjà, il obtient le titre de champion d’Alger du 10 000 m. Revenu en France, Émile entre dans la police en 1964 où il termine brigadier-chef. Il est affecté au ministère de l’Intérieur et fait toute sa carrière à Paris. Il obtient ses meilleurs résultats sur piste au cours des années 1965/67 sur les 10 et 20 km et il fait de nombreux podiums hors stade au cours de la saison 1976/77. Émile Warlaumont monte sur celui du marathon de Paris en 1978 en compagnie d’Alain Mimoun.

Le meilleur moment pour Émile ? « C’est sans conteste ma rencontre avec Jacques Chirac, le maire de Paris de l’époque. Quand j’étais en service d’honneur, il me reconnaissait et me serrait la main. Il y a mes courses avec Alain Mimoun aussi : il n’avait pas un caractère facile mais, avec moi, il a toujours été sympa et m’a beaucoup aidé, il disait que j’étais son fils spirituel. C’était pour me faire plaisir, parce qu’il savait que je n’avais pas de parents. »

Autre souvenir marquant, au début des années 1960, les femmes n’avaient pas le droit de courir les longues distances. « J’ai beaucoup milité pour qu’elles courent avec nous, car si elles prenaient le départ, les officiels les arrêtaient sur le parcours. Je me souviens que Raymonde Cornou, qui avait bravé cet interdit, s’est arrêtée pour gifler un spectateur qui se moquait d’elle. »

Aujourd’hui, Émile, qui a fait une vingtaine de marathons, a signé son meilleur chrono à 2 h 24’. Il avait été appelé par Robert Bobin, directeur de l’équipe de France d’athlétisme, pour entrer en équipe de France, mais il avait refusé, jugeant que ses obligations professionnelles ne lui auraient pas permis de s’investir complètement.

Depuis sept ans, les époux Warlaumont coulent des jours heureux à Remaucourt où ils sont venus se rapprocher de leur fille. Avec sa femme Émilie, Émile s’adonne à la pétanque. Toujours aussi compétiteurs, ils ont même été champions de Picardie dans cette discipline. Émilie et Émile aiment bien recevoir leurs quatre enfants et petits-enfants. Et, parfois, ils se retrouvent tous dans leur maison.

Bravo et respect Monsieur Émile !

Un Remaucourtois et son épouse, à l'honneur ce week-end dans la presse locale.

Publié dans Le village

Commenter cet article

jacques Elleau 03/08/2017 15:25

Bonjour,
Étant ancien de l'école d'Alembert ( promotion1956-1960), j'aimerai reprendre contact avec Emile Warlaumont . Si vous pouviez me transmettre ses coordonnées, d'avance merci.

Bruno 03/08/2017 17:12

Emile Warlaumont habite Route de Morcourt, (passage à niveau) Remaucourt 02100. Je peux vous communiquer son téléphone.
Bien cordialement.

michèle 22/08/2016 13:54

bravo Monsieur, et merci Bruno pour ces infos que nous ne soupçonnerions pas sans toi.