Randonnée entre deux averses sur le bord de la Vologne.

Publié le par Bruno

Passage du saut des cuves entre Xonrupt et Gérardmer

Randonnée entre deux averses sur le bord de la Vologne.

  La Vologne prend sa source à plus de 1 240 mètres d'altitude, en amont du jardin d'altitude aménagé sur le massif du Hohneck par le Jardin Botanique de Nancy, au sud-est du Collet. Elle tombe vers le Collet, mais emprunte le défilé juste en contrebas du petit col pour plonger vers la vallée des Lacs. Après avoir reçu la goutte des Faignes Forie, elle file vers la cascade Charlemagne à 810 mètres d'altitude et rejoint le lac de Retournemer à 775 mètres d'altitude. Elle forme le lac de Longemer à 735 mètres d'altitude, dont elle s'écoule au nord-ouest par les trois pierres saint Florent.

Elle rejoint les ruisseaux de Belbriette et des Fies en amont de Xonrupt. Après la prairie xonrupéenne à plus de 710 mètres d'altitude, elle cascade au saut des Cuves, passe sous le pont des Fées et arrose les îlots, nommés "Perles de Vologne" ou " îles Marie-Louise" avant de recevoir à 618 mètres d'altitude la Jamagne, déversoir du lac de Gérardmer, à Kichompré.

(Source Wikipédia.)

Randonnée entre deux averses sur le bord de la Vologne.

Les rives de la Vologne sont pleines de charmes et les curiosités ne manquent pas. ... Notre rando se termine en passant par la roche des Bruyères et déjà de gros nuages à l'horizon nous contraignent à regagner la voiture rapidement. Isis n'aime pas la pluie !

Eaux vives avec toutes ces précipitations.
Eaux vives avec toutes ces précipitations.

Eaux vives avec toutes ces précipitations.

Le saut des cuves est une petite balade très sympa et facile.
Attention tout de même aux abords de la cascade du saut des Cuves, ils sont très abrupts et glissants avec toutes ces averses...

Randonnée entre deux averses sur le bord de la Vologne.
Randonnée entre deux averses sur le bord de la Vologne.

Au détour du sentier, une belle amanite fauve.

Randonnée entre deux averses sur le bord de la Vologne.
Randonnée entre deux averses sur le bord de la Vologne.

L'amanite fauve reste le plus souvent de taille modeste. Son pied est fragile, creux et blanc, s'évasant vers le sommet émergeant d'une volve parfois à peine visible tant cette volve est enfouie dans son support, généralement une terre humide, acide, sous couvert de feuillus mais aussi de conifères (surtout bouleaux et pins.)

Un champignon relativement commun, parfois précoce, visible de Juin à Octobre-Novembre. Quant à sa comestibilité, comme bien souvent, deux écoles, les pour, les contres... tout en se rappelant que comme ses cousines du même groupe, elle reste toxique crue et demande avant de passer à l'assiette une cuisson bien à cœur et sans couvercle garantissant l'évacuation et la destruction des hémolysines qui s'attaquent aux cellules hépatiques.

(Source champignons de France)

Publié dans Photos

Commenter cet article