Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

5 articles avec info sante

Le mercure s'affole.

Publié le par Bruno

Le soleil écrase tout le pays.

Comme chaque année, le plan national canicule, avec son premier niveau de " veille saisonnière " a été activé le 1er juin dernier. Météo France prévoit de fortes chaleurs dans les prochains jours.

Quelques bons réflexes pour protéger sa santé et prendre soin de son entourage en cas de canicule:

Durant la période estivale, la France peut être confrontée à des épisodes de canicule, qui se caractérisent par des températures très élevées le jour et la nuit se prolongeant au moins trois jours consécutifs.
Pour rappel, les conseils de prévention en période de canicule :

– Buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
– Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour ;
– Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ;
– Évitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché…) ;
– Évitez les efforts physiques ;
– Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
– Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide.

En toute situation, ne pas hésiter à demander conseil à son médecin traitant, tout particulièrement en cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses par exemple)

Le plan national canicule 2017 est organisé en quatre niveaux d’alerte, qui correspondent chacun à des actions de prévention et de gestion spécifiques. Le niveau "veille saisonnière" activé depuis le 1er Juin se caractérise par la mobilisation en amont des services de l'état en région (préfectures, ARS*...) Ceux-ci mettent en place des actions de prévention et de communication adaptées et renforcées, pour la population et particulièrement pour les personnes âgées, isolées, en situation de handicap, de précarité ou sans abri, avec des pathologies préexistantes, les femmes enceintes, jeunes enfants, travailleurs en extérieur...

Chaque commune met en place un registre nominatif pour répertorier les personnes âgées et personnes en situation de handicap qui en font la demande. Les personnes inscrites seront contactées et suivies en cas de fortes chaleurs.

ARS: Agence régionale de santé.

Le mercure s'affole.

Partager cet article

Repost 0

Le printemps arrive, c'est le moment de penser à la cure de sève de bouleau.

Publié le par Bruno

Voilà maintenant trois ans qu'au début du printemps, je vous parle des bienfaits de la sève du bouleau. (articles du 6 avril 2014 et du 20 mars 2015) dans la rubrique "Recherche" du blog.

La sève de bouleau est une des plus riches de tous les arbres. Les populations du Nord de l’Europe en font une consommation régulière depuis des siècles. Il s’agit véritablement d'une pratique empirique ancestrale .

Très riche en minéraux et oligo-éléments, la sève de bouleau contient en grande quantité calcium, magnésium, silicium, sodium, phosphore et potassium, en lesquels nous sommes nombreux à présenter des carences de nos jours.

Au printemps, le bouleau produit pendant un mois, 200 litres de sève par jour, c’est donc plus de 6000 litres de sève qui viendront nourrir un seul arbre adulte .

La pratique consiste à prélever ce liquide en perforant l’arbre après l’écorce et l’aubier, soit un trou de 3 centimètres de profondeur pour 8 millimètres de diamètre. ( Une mèche à bois sur une perceuse sans fil et le tour est joué .) Une petite canule guide le liquide au goutte à goutte jusqu’au récipient qui le recueille . ( cf photo )

Le prélèvement de la sève ne nuit pas à la santé de l’arbre, ou tout au moins à la bonne croissance des bourgeons et jeunes pousses lorsque le travail est fait correctement.

Je recueille 5 litres de sève par arbre et par jour pendant une quinzaine, avant de passer à un autre tronc . Le trou est soigneusement refermé par une petite mèche en bois ou mieux encore, un tourillon de diamètre légèrement supérieur au trou réalisé dans le tronc, et l’arbre continue à bien se porter.

La récolte de sève de bouleau fraîche peut commencer fin février jusque mi avril .
Cette sève est translucide comme de l'eau pure, fraîche et agréable en bouche, elle révèle une saveur très légèrement sucrée .

Par sa double action d’élimination par le foie et les reins, la cure de bouleau est efficace pour drainer les toxines et se purifier.
A prendre en cas d’affections rhumatismales, de lithiases (biliaires ou rénales), de cholestérol, triglycérides et terrain goutteux. Elle donne de bons résultats sur les douleurs articulaires, l’arthrite et l’arthrose. Elle améliore les troubles urinaires. Elle élimine les acides (comme l’acide urique) en excès dans le corps et toutes les toxines (médicaments, additifs, pesticides).

La sève de bouleaux est un excellent fortifiant du système osseux, elle reminéralise et revitalise. Les minéraux présents sous forme ionisée, permettent une meilleure assimilation et rendent la cure de sève de bouleau efficace dans tous les cas d’ostéoporose . Elle est proposée pour les problèmes de peau, permettrait d’éclaircir le teint .
Diurétique et drainante, elle élimine la cellulite et réduit les œdèmes, certains l’associent aux régimes amincissants .

Posologie :

Sur un forum de Doctissimo, il est indiqué ceci :
La cure idéale consiste en une posologie de 250 ml par jour (1/4 de litre) à prendre en 2 ou 3 prises, pendant 21 jours, soit une cure de 5 litres

Les différentes posologies :

Les pages que j'ai consultées indiquent toutes des posologies différentes, par exemple la page que Wikipédia consacre au jus de bouleau, dans le paragraphe : En herboristerie, il est indiqué que sa posologie est : 3 cuillerées à café matin, midi et soir pendant le 1er mois lunaire de printemps, par contre dans l'article de Véronique Van den Bossche il est indiqué une posologie différente !!!

Pour ce qui nous concerne, c'est un grand verre le matin à jeun. 

Le temps de conservation de la sève de bouleau !

L'idéal bien sur est d'avoir un bouleau à proximité de façon à récolter sa sève journellement . Je la soutire dans un bidon de 5 litres ( plastique alimentaire ) puis stockée au réfrigérateur. Je la reconditionne ensuite dans des bouteilles d'eau minérale . La sève est recueillie à l'abri de l'air et de la poussière !

D'après plusieurs sites, la sève placée au réfrigérateur se conserve pendant trois semaines, voire plus le temps de la cure, certains disent qu'elle peut être congelée ...

La sève de bouleau est vendue dans les magasins bio ( 85 euros les 5 litres dans des poches plastique ) ou sur le web .

Contre indications :

La sève de bouleau agit sur l'organisme, comme tout produit ingéré, son absorption peut entraîner des effets secondaires, et comme ses propriétés sont de désintoxiquer l’organisme, certains effets secondaires peuvent apparaître. J'ai trouvé un site où il est marqué ceci :

les effets secondaires sont directement liés à l’état de la personne qui fait la cure. Plus une personne est encombrée, plus son hygiène de vie est mauvaise, plus elle a besoin d’éliminer. Des selles plus abondantes, parfois nauséabondes, des urines plus fréquentes, plus foncées peuvent apparaître durant quelques jours. Les personnes dont l’hygiène de vie est déjà très bonne n’ont pas ces inconvénients, mais les autres découvrent alors à quel point elles en ont besoin. Tous les spécialistes de la sève de bouleau sont d’accord pour dire que tout le monde peut en consommer. Mais il est conseillé selon la littérature, aux personnes dialysées et à celles qui sont atteintes de pathologies graves d’en référer à leur médecin, de se faire suivre normalement par le médecin . Un autre site déconseille le bouleau à ceux qui sont allergiques à l'aspirine, les femmes enceintes et allaitant ne devraient pas consommer le bouleau. Ne pas administrer aux enfants. Certaines personnes présentent une allergie au bouleau.

Le mieux étant de toujours poser la question à son médecin traitant ou son pharmacien !

Le printemps arrive, c'est le moment de penser à la cure de sève de bouleau.

Publié dans info santé

Partager cet article

Repost 0

Reconnaître les signes d'un AVC

Publié le par Bruno

L’accident vasculaire cérébral (AVC), est une pathologie fréquente, grave et à l’origine de nombreuses situations de handicap. Une prise en charge très précoce peut éviter les complications et en limiter les séquelles. Il est donc capital d'en reconnaître les premiers signes car un diagnostic précoce et une prise en charge rapide permettent de réduire la mortalité de 30 % et limitent la gravité des lésions.

Appelez le 15 ou le 112 (numéro d'urgence européen) depuis un téléphone fixe ou d'un téléphone portable (même bloqué ou sans crédit) si l'un des signes suivants survient de façon brutale:
- un engourdissement du visage : impossibilité de sourire, la lèvre est tombante d'un côté ;
- une perte de force ou un engourdissement du membre supérieur (impossibilité de lever le bras) ;
- un trouble de la parole : difficulté à parler ou à répéter une phrase ;
- une difficulté à comprendre son interlocuteur ;
- un engourdissement ou une faiblesse de la jambe ;
- une perte soudaine de l'équilibre : instabilité en marchant, comme en cas d'ivresse ;
- un mal de tête intense, brutal et inhabituel ;
- un problème de vision, même temporaire : perte de la vue d'un œil ou vision double.

Dans l'attente des secours, allongez le malade et noter l'heure de survenue des premiers signes de l'AVC. Regroupez si possible les ordonnances et les derniers examens réalisés. Ne donnez rien ni boisson, ni nourriture, ni médicament à la personne, même s'il s'agit d'un traitement habituel.

Plus d'informations sur : http://social-sante.gouv.fr/…/accident-vasculaire-cerebral…/

Reconnaître les signes d'un AVC

Publié dans info santé

Partager cet article

Repost 0

Comment protéger son cœur par temps froid.

Publié le par Bruno

Article de Santé Magazine.

Photo Santé Magazine.

Photo Santé Magazine.

Les basses températures mettent le système cardiovasculaire à rude épreuve. La Fédération française de cardiologie vous donne ses conseils hivernaux.

Lorsqu’il fait froid, l’organisme mobilise toute son énergie pour se réchauffer. La consommation d’oxygène augmente, le cœur bat plus vite, les vaisseaux sanguins se contractent. Par ailleurs, les basses températures provoquent une certaine déshydratation, donc une moins bonne fluidité du sang. Tous ces effets conjugués favorisent la coagulation du sang, et par conséquent la formation d’un caillot. De même, le risque de rupture d'une plaque d'athérome, à l'intérieur d'une artère contractée par le froid, est plus important. Au total, l'hiver est propice aux accidents cardiovasculaires.

La Fédération française de cardiologie (FFC) rappelle ainsi, dans un communiqué paru le 6 décembre 2016, que « chaque réduction de température de 1° est associée à une élévation de 2 % du risque d’infarctus du myocarde dans les quatre semaines qui suivent, les périodes les plus à risque étant les deux premières semaines » (source : British medical journal, 2010).

Les conseils de prévention de la FFC s’adressent en priorité aux patients souffrant de pathologies comme l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque, les troubles du rythme, les antécédents d’infarctus ou d’AVC… Les plus de 70 ans, dont l’organisme s’adapte plus difficilement aux variations de températures, sont également concernés.

5 conseils en prévention

  1. Pour se protéger, la FFC recommande – bien sûr – de bien se couvrir la tête et les extrémités avant d’affronter le froid. Un conseil qui s’adresse tout particulièrement aux hommes chauves.
     
  2. Pas d’efforts intenses dans le froid, sans échauffement préalable. Ce n’est pas le moment de se lancer dans un jogging effrené.
     
  3. Eviter les sorties inutiles en cas de pic de pollution. L’exposition aux particules fines et au monoxyde d’azote augmente le risque d’infarctus.
     
  4. Etre attentif au moindre symptôme. En cas de doute, il faut consulter son médecin sans tarder.
     
  5. Se méfier de l’addition stress + tabac + froid. Ces trois facteurs multiplient le risque d’infarctus. C’est le syndrome typique du cadre stressé qui sort fumer une cigarette en plein froid.

Plus d’infos sur le site de la Fédération française de cardiologie.  

Publié dans info santé

Partager cet article

Repost 0

Un rétinographe itinérant bientôt de passage dans le village.

Publié le par Bruno

Un rétinographe itinérant bientôt de passage dans le village.

Lorsque le diabète est mal équilibré, il y a un excédent de sucre dans le sang.
Les vaisseaux sanguins qui irriguent l’œil épaississent et ne peuvent plus accomplir leur travail correctement.

La rétinopathie diabétique est au début sans symptôme. La personne diabétique a une acuité visuel normale et n'a aucune douleur ni manifestation ophtalmologique.

La rétinopathie diabétique est découverte par un examen ophtalmologique normalement réalisé lors du diagnostic du diabète ou au cours de la surveillance annuelle.

Les moyens de prévention

Pour éviter que le sucre provoque des lésions sur votre rétine, vous devez équilibrer votre diabète et procéder à un examen annuel du fond de l’œil, soit chez votre ophtalmologiste ou au Rétinographe Itinérant de l'Aisne

Un rétinographe itinérant bientôt de passage dans le village.

Rappel: vous munir de:

-Votre carte vitale

-Votre dernière prise de sang

-Votre ordonnance de médicaments

Un rétinographe itinérant bientôt de passage dans le village.

Publié dans info santé

Partager cet article

Repost 0