Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

42 articles avec cote jardin eco

Jardin: un essai à renouveler.

Publié le par Bruno

Un printemps froid et sec avec encore des gelées le 10 Mai dernier qui ont anéanti les espoirs de récoltes de fruits du jardin. Bien sur les pommes de terre n'ont pas été épargnées par ce coup de froid... malgré un plant choisi de "semi tardive" en l'occurrence la variété "Chérie". Elle produit des tubercules à la peau rouge et à la chair ferme de couleur jaune, de calibre moyen, (idéale pour les cuissons à l'eau ou à la vapeur et se dégustent aussi mijotées ou rissolées...)

A noter aussi un cruel manque d'eau, suivi de l'épisode de canicule, les espoirs de récolte 2017 étaient bien compromis, alors que j'expérimentai cette saison, une nouvelle méthode, de culture de pommes de terre.

Plus de bêche ou socle de charrue pour planter, plus de buttes de terre à réaliser avec la rasette. Le plant est disposé à même le sol travaillé, enrichi de fumier de cheval. Le tubercule reçoit ensuite une pelle de terreau bien humide du composteur de jardin et l'ensemble est couvert au fil des semaines du contenu du bac de la tondeuse à gazon (même si les tontes n'ont pas été très importantes pendant la canicule). Un complément de paillage avec du fumier de cheval fut nécessaire pour laisser le plant à l'abri de la lumière.

Plus besoin d'outil pour arracher les pommes de terre.

 

Jardin: un essai à renouveler.

Les mains suffisent pour récolter... et les pommes de terre sont propres.

Jardin: un essai à renouveler.
Jardin: un essai à renouveler.

Moins fatigant à cultiver...

Rapide et facile à arracher ! une récolte correcte malgré une saison difficile.
Rapide et facile à arracher ! une récolte correcte malgré une saison difficile.

Rapide et facile à arracher ! une récolte correcte malgré une saison difficile.

Voilà de quoi envisager de renouveler l'expérience l'an prochain dans le grand jardin des enfants.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article

Repost 0

Encore une saison bien compliquée pour les jardiniers.

Publié le par Bruno

Printemps 2016, des pluies incessantes avec leurs lots d'inondations et un jardin transformé en rizière...

Cette année, c'est un printemps froid, venteux et sec avec en Mai dernier, quelques bons coups de gel sur les fruitiers en fleurs ont anéanti tout espoir de récoltes et depuis sécheresse et canicule au jardin...

Les pays du Sud sont plus coutumiers des périodes de sécheresse, ceux du Nord un peu moins excepté durant l'été où le manque d'eau peut s’avérer problématique dans le jardin. Quelques astuces existent cependant pour éviter que le manque d'eau combiné à un vent desséchant et à un fort ensoleillement n'aient raison de nos plantations.

L'indispensable paillage.

Des récoltes inespérées.

Des récoltes inespérées.

BRF* (art. du 29 Avril dernier) et tontes de gazon semblent avoir sauvegardé les pieds de courgettes, potirons et butternuts. Le paillage a permis de conserver un peu de fraîcheur au sol en limitant de façon conséquente l'évaporation. Je n'ai pas lésiné sur la quantité, une bonne épaisseur de paillage protège les racines dans le sol et permet d'arroser moins. Les citernes d'eau sont maintenant à sec et les tontes de gazon se raréfient. J'espère la pluie...

Le paillage se transformera bientôt en humus. Installation d'un filet de protection "anti pigeon". L'an dernier, ces volatiles avaient causé de gros dégats dans les choux...

Le paillage se transformera bientôt en humus. Installation d'un filet de protection "anti pigeon". L'an dernier, ces volatiles avaient causé de gros dégats dans les choux...

Comme le dit l'adage " un binage vaut deux arrosages ", aussi quand cela fait des mois qu'il n'est pas tombé une goutte d'eau ou si peu...

Oignons et échalotes réussis, content d'avoir réalisé et conservé du plant d'échalote de l'an dernier.

Oignons et échalotes réussis, content d'avoir réalisé et conservé du plant d'échalote de l'an dernier.

Une bordure de lavandes pour protéger les choux.

Encore une saison bien compliquée pour les jardiniers.
Encore une saison bien compliquée pour les jardiniers.

Qui n’a jamais croisé ce grand papillon blanc aux petites tâches noires, que ce soit en ville ou en campagne? Saviez-vous que sa chenille se nourrissait des choux potagers et pouvait occasionner d’importants dégâts, jusqu’à rendre les choux impropres à la consommation ? Ces grands papillons sont des piérides. Ces lépidoptères sont indigènes à nos régions depuis la nuit des temps, ils ont heureusement de nombreux prédateurs et parasites, notamment les oiseaux tel que les mésanges que nous avons nourri l'hiver pendant les périodes de grands froids...

L'arrosage au purin d'orties est aussi très efficace mais nauséabond. L'odeur doit les faire fuir...

Force est de constater que les lavandes fleuries semblent plus les intéresser, dès lors, plus de piérides sur les choux...

Encore une saison bien compliquée pour les jardiniers.
Encore une saison bien compliquée pour les jardiniers.
Encore une saison bien compliquée pour les jardiniers.

" Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles ! "  Edmond Rostand

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article

Repost 0

Fleurs du jardin.

Publié le par Bruno

Quelles soient grandes ou petites, colorées ou discrètes, odorantes ou non, toutes les fleurs enchantent notre quotidien.

Fleurs de tabac d'ornement nicotania.

Fleurs de tabac d'ornement nicotania.

L'iris noire
L'iris noire

L'iris noire

Clématite
Clématite

Clématite

Fleurs de ciboulette.

Fleurs de ciboulette.

Mufliers multicolores.
Mufliers multicolores.
Mufliers multicolores.
Mufliers multicolores.
Mufliers multicolores.
Mufliers multicolores.

Mufliers multicolores.

La pivoine, reine des fleurs.
La pivoine, reine des fleurs.

La pivoine, reine des fleurs.

L'ancolie.

L'ancolie.

"Les fleurs transmettent nos sentiments bien mieux que les mots, c'est parce qu'elles accompagnent la vie des hommes depuis l'antiquité. Selon l'occasion, chacune a son mot à dire, influencée par son histoire, sa saisonnalité."

Au sol, un paillis de BRF, composé de feuilles pourpres et branches de prunus.

Au sol, un paillis de BRF, composé de feuilles pourpres et branches de prunus.

Partager cet article

Repost 0

Iris et la pluie.

Publié le par Bruno

Iris et la pluie.
Iris et la pluie.

Il pleut... Pas assez pour le jardin et trop pour ces belles éphémères.

Iris et la pluie.
Iris et la pluie.

Publié dans Photos, Côté jardin éco

Partager cet article

Repost 0

Encore un mois d'avril qui se termine, avec une météo bien compliquée pour les jardiniers...

Publié le par Bruno

Rien ne pousse au jardin. La chute des températures et les gelées nocturnes d'avril mettent en péril les prochaines récoltes. Les arbres fruitiers, une fois encore ne donneront aucun fruit cette année, tout a gelé. Les températures restent en dessous des normales saisonnières, avec un vent du Nord qui assèche la terre.

Semer en pleine terre nécessite un minimum de 12° (ce qui n'est pas le cas en ce moment) et de la pluie, absente depuis plusieurs semaines, au grand dam des jardiniers, même si une petite averse tombée hier, est passée quasi inaperçue, laissant la terre aussi sèche.

Les plants de courgettes, potirons et butternuts poussent tranquillement dans le garage où la température est plus clémente en attendant des jours meilleurs.

 

Température semaine dernière (- 6°) sur les pommes de terre ... encore bien au chaud sous le paillage épais.

Température semaine dernière (- 6°) sur les pommes de terre ... encore bien au chaud sous le paillage épais.

Cette année, la machine à broyer va me permettre de transformer en bois raméal fragmenté (BRF)* les branchages, les rameaux,(autrefois destinés à la déchetterie) lors des tailles ou l'abattage d'arbres. Le BRF est utilisé pour garnir les massifs mais aussi dans le jardin, en protection pour les plantations de courgettes, tomates, etc. Les déchets d'hier, deviennent alors un paillis pour le potager, paillis qui nourrit le sol, limite le développement des mauvaises herbes et l'évaporation de l'eau.

* BRF = Bois Raméal Fragmenté. Raméal vient de rameau. Fragmenté veut dire broyé ou déchiqueté.

Une efficacité remarquable ! Ces copeaux de bois frais, très riches en lignine, vont se décomposer et améliorer sérieusement la terre du potager.
Une efficacité remarquable ! Ces copeaux de bois frais, très riches en lignine, vont se décomposer et améliorer sérieusement la terre du potager.

Une efficacité remarquable ! Ces copeaux de bois frais, très riches en lignine, vont se décomposer et améliorer sérieusement la terre du potager.

Les copeaux sont étalés en une couche de 3 à 5 cm d’épaisseur. Ce paillis protège le sol, maintient l’humidité, encourage la vie des milliers de champignons et autres organismes, et limite de plus la pousse des mauvaises herbes.
L'épandage se fait sur terrain sain, un piétinement annihilant tous les efforts fournis. Le BRF ne doit pas être stocké en tas pour éviter une montée en température trop importante. Si le terrain est déjà mis en culture, même dans le cas d’un potager, aucune préparation n’est nécessaire ; il est possible d’épandre le broyat directement. Une fois cette couche étalée, le jardinier devra, au printemps, soit l’enfouir superficiellement au croc, soit la maintenir en paillis encore un peu.
Dans ce dernier cas de figure, il devra écarter les fragments pour dégager des lignes de semis ou de plantation. Le broyat sera alors progressivement ramené au pied des plantes au fur et à mesure de leur croissance.
Les sols recouverts de BRF conviennent à la plupart des légumes qui se repiquent (tomates, aubergines, choux…), qui se plantent (pommes de terre) ou aux semis à grosses graines (fèves, betteraves, potirons, courgettes, haricots…).
Petite mise en garde: Il faut éviter de broyer de grandes quantités de bois résineux (thuyas, sapins…) car cela risque d’acidifier le sol. Donc maximum 20 % de bois résineux en mélange avec des feuillus.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>